Nelson Mandela

Nous connaissons tous Nelson Mandela. Mais qu’en est-il de sa vie concrètement ? À travers cet article, nous allons voir en quoi ses diverses actions ont influé sur notre monde ; notamment les droits des Hommes et son combat contre les inégalités.

L’enfance de Nelson Mandela

Nelson Mandela est né le 18 juillet 1918 dans le petit village de Mvezo ; sur les rives de la rivière Mbashe dans le Transkei, en Afrique du Sud.

Son nom de naissance est Rolihlahla Mandela. « Rolihlahla » dans la langue Xhosa signifie « tirer la branche d’un arbre », mais se traduit plus communément par « fauteur de troubles ».

biographie : enfance de Nelson Mandela

En écoutant les histoires des anciens sur la vaillance de ses ancêtres, pendant les guerres de résistance ; il rêvait, lui aussi, d’apporter sa propre contribution à la lutte pour la liberté de son peuple.

Lorsque Mandela avait 12 ans, son père est mort d’une maladie pulmonaire, ce qui a changé sa vie. Il fut adopté par le chef Jongintaba Dalindyebo, le régent intérimaire du peuple Thembu

Jongintaba Dalindyebo

Par la suite, sur la suggestion d’un des amis de son père, Mandela fut baptisé dans l’église méthodiste. Il est devenu, ainsi, le premier de sa famille à aller à l’école.

Son éducation

Nelson Mandela fréquenta l’école primaire de Qunu où son institutrice, Mlle Mdingane, lui a donné le nom de Nelson; conformément à la coutume qui veut que tous les écoliers reçoivent un nom « chrétien ». Il y étudia l’anglais, le xhosa, l’histoire et la géographie.

C’est à cette époque que Mandela développa un intérêt pour l’histoire africaine ; de la part des chefs aînés qui venaient au Grand Palais pour des affaires officielles. Il apprit, notamment, comment le peuple africain avait vécu dans une paix relative jusqu’à l’arrivée des blancs.

Selon les anciens, les enfants d’Afrique du Sud vivaient auparavant comme des frères ; mais les hommes blancs avaient brisé cette fraternité. Alors que les hommes noirs partageaient leur terre, leur air et leur eau avec les blancs ; les hommes blancs prenaient tout cela pour eux.

Sous la tutelle du régent Jongintaba, Mandela fut préparé à assumer de hautes fonctions ; non pas comme chef, mais comme conseiller. En tant que membre de la famille royale Thembu. Mandela a fréquenté une école missionnaire wesleyenne, le Clarkebury Boarding Institute et le Wesleyan College, où, comme il l’a déclaré plus tard, il a obtenu des résultats scolaires grâce à un « travail acharné« .

Il commença alors ses études pour obtenir un Bachelor of Arts au University College de Fort Hare ; mais n’a pu terminer son diplôme là-bas car il fut expulsé pour s’être joint à une manifestation étudiante.

University of Fort Hare

Quelques semaines plus tard, le Régent Jongintaba annonça qu’il avait organisé un mariage pour son fils adoptif. Le régent voulait s’assurer que la vie de Mandela était bien planifiée, et que l’arrangement était dans son droit, comme le dictait la coutume tribale.

Choqué par la nouvelle, se sentant piégé et croyant qu’il n’avait pas d’autre choix que de suivre cet ordre récent ; Mandela s’enfui de chez lui. Il s’installa à Johannesburg, où il occupa divers emplois ; notamment comme gardien et commis, tout en obtenant sa licence grâce à des cours par correspondance. Il s’est ensuite inscrit à l’université du Witwatersrand de Johannesburg pour y étudier le droit.

école de droits Nelson Mandela

Les débuts de la lutte anti-apartheid

Mandela s’est rapidement impliqué dans le mouvement anti-apartheid, en rejoignant le Congrès national africain en 1942. Au sein de l’ANC, un petit groupe de jeunes Africains se sont regroupés ; s’appelant la Ligue de la jeunesse du Congrès national africain. Leur objectif était de transformer l’ANC en un mouvement de masse de la base ; tirant sa force de millions de paysans et de travailleurs ruraux.

En 1949, l’ANC a officiellement adopté les méthodes de boycott, de grève, de désobéissance civile et de non-coopération de la Ligue de la jeunesse ; avec des objectifs politiques de pleine citoyenneté, de redistribution des terres, de droits syndicaux et d’éducation gratuite et obligatoire pour tous les enfants.

mouvement ANC de Nelson Mandela

Pendant 20 ans, Mandela a dirigé des actes de défi pacifiques et non-violents contre le gouvernement sud-africain et ses politiques racistes ; notamment la campagne de défi de 1952 et le Congrès du peuple de 1955. Il fonda le cabinet d’avocats Mandela and Tambo, en partenariat avec Oliver Tambo, un brillant étudiant qu’il a rencontré lors de ses études à Fort Hare. Le cabinet d’avocats fournissait des conseils juridiques gratuits et peu coûteux aux Noirs non représentés.

Nelson Mandela et Olivier Tambo

En 1956, Mandela et 150 autres personnes ont été arrêtées et accusées de trahison pour leur plaidoyer politique (ils ont finalement été acquittés). Pendant ce temps, l’ANC était contesté par des africanistes ; une nouvelle classe de militants noirs qui pensaient que la méthode pacifiste de l’ANC était inefficace.

Les africanistes se sont rapidement séparés pour former le Congrès panafricaniste, ce qui a eu un effet négatif sur l’ANC ; en 1959, le mouvement a perdu une grande partie de son soutien militant.

Son Emprisonnement

Anciennement engagé dans la protestation non-violente avec l’ANC, Mandela a commencé à croire que la lutte armée était la seule façon de parvenir au changement. En 1961, Mandela a co-fondé Umkhonto we Sizwe, également connu sous le nom de MK ; une branche armée de l’ANC se consacrant au sabotage et utilisant des tactiques de guérilla pour mettre fin à l’apartheid.

Nelson Mandela et le MK

En 1961, Mandela orchestra une grève nationale des travailleurs de trois jours. Il fut arrêté pour avoir mené la grève l’année suivante et fut condamné, pour cela, à cinq ans de prison. En 1963, Mandela fut de nouveau jugé. Cette fois, lui et dix autres dirigeants de l’ANC furent condamnés à la prison à vie pour des délits politiques, dont le sabotage.

Mandela passa 27 ans en prison, de novembre 1962 à février 1990. Il fut incarcéré à Robben Island pendant 18 de ses 27 ans de prison. Pendant cette période, il contracta la tuberculose et, en tant que prisonnier politique noir, reçut le plus faible niveau de traitement de la part des travailleurs pénitentiaires. Cependant, pendant son incarcération, Mandela parvint à obtenir une licence en droit grâce à un programme par correspondance de l’Université de Londres.

Nelson Mandela à Robben Island

En 1981, un mémoire de l’agent de renseignement sud-africain Gordon Winter décrivait un complot du gouvernement sud-africain pour organiser l’évasion de Mandela afin de l’abattre lors de sa capture ; le complot fut déjoué par les services de renseignement britanniques.

Mandela resta un symbole si puissant de la résistance des Noirs qu’une campagne internationale coordonnée pour sa libération a été lancée. Cette vague de soutien international illustra la puissance et l’estime que Mandela avait dans la communauté politique mondiale.

En 1982, Mandela et d’autres dirigeants de l’ANC ont été transférés à la prison de Pollsmoor ; afin de permettre un contact entre eux et le gouvernement sud-africain. En 1985, le président P.W. Botha suggéra la libération de Mandela en échange de son renoncement à la lutte armée ; Mandela rejeta catégoriquement cette offre.

Ce n’est que lorsque Botha (ancien premier ministre d’Afrique du Sud) subi une attaque cardiaque et fut remplacé par Frederik Willem de Klerk ; que la libération de Mandela pu finalement être annoncée, le 11 février 1990.

le 11 février 1990 : la libération de Nelson Mandela

À sa sortie de prison, Mandela exhorta les puissances étrangères à ne pas réduire leur pression sur le gouvernement sud-africain pour une réforme constitutionnelle. Bien qu’il se soit engagé à œuvrer pour la paix, il déclara que la lutte armée de l’ANC se poursuivrait jusqu’à ce que la majorité noire obtienne le droit de vote.

En 1991, Mandela fut élu président du Congrès national africain, son ami et collègue de toujours, Oliver Tambo, en étant le président national.

Prix Nobel de la paix

En 1993, Mandela et le président de Klerk rejoignirent conjointement le prix Nobel de la paix, pour leur travail en faveur du démantèlement de l’apartheid en Afrique du Sud.

prix nobel de la paix : Mandela et de Klerk

Après sa libération de prison, Mandela négocia avec le président de Klerk en vue des premières élections multiraciales du pays. Les Sud-Africains blancs étant prêts à partager le pouvoir, mais de nombreux Sud-Africains noirs souhaitaient un transfert complet.

Nelson Mandela Président d’Afrique du Sud

Grâce en grande partie au travail de Mandela et du président de Klerk, les négociations entre Sud-Africains noirs et blancs ont prévalu : Le 27 avril 1994; l’Afrique du Sud tenu ses premières élections démocratiques. Mandela devint le premier président noir du pays le 10 mai 1994, à l’âge de 77 ans, avec de Klerk comme premier adjoint.

Nelson Mandela président

De 1994 à juin 1999, le président Mandela travailla à la transition du régime des minorités et de l’apartheid vers le régime de la majorité noire. Il utilisa l’enthousiasme de la nation pour le sport comme un pivot pour promouvoir la réconciliation entre blancs et noirs ; encourageant les Sud-Africains noirs à soutenir l’équipe nationale de rugby autrefois détestée.

En 1995, l’Afrique du Sud fit son entrée sur la scène mondiale en accueillant la Coupe du monde de rugby ; qui apporta une reconnaissance et un prestige supplémentaires à la jeune république. Cette année-là, Mandela fut également décoré de l’Ordre du Mérite.

coupe du monde de rugby 1995

Pendant sa présidence, Mandela œuvra également pour protéger l’économie sud-africaine de l’effondrement. Grâce à son plan de reconstruction et de développement, le gouvernement sud-africain finança la création d’emplois, de logements et de soins de santé de base.

En 1996, Mandela promulgua une nouvelle constitution pour la nation, établissant un gouvernement central fort basé sur le principe de la majorité et garantissant à la fois les droits des minorités et la liberté d’expression.

Son retrait de la politique active

Lors des élections de 1999, Mandela s’est retiré de la politique active. Il a cependant continué ses activités ; collectant des fonds pour construire des écoles et des cliniques dans le cœur rural de l’Afrique du Sud par l’intermédiaire de sa fondation, et servant de médiateur dans la guerre civile du Burundi.

Nelson Mandela : retraite de la vie politique

Cependant, Mandela fut diagnostiqué et traité pour un cancer de la prostate en 2001. En juin 2004, à l’âge de 85 ans, il annonça sa retraite officielle de la vie publique et retourna dans son village natal de Qunu.

Les aînés

Le 18 juillet 2007, Mandela et son épouse Graca Machel ont co-fondé The Elders ; un groupe de dirigeants mondiaux qui ont pour objectif de travailler, tant en public qu’en privé, à la recherche de solutions à certains des problèmes les plus difficiles du monde. Le groupe comprenait Desmond Tutu, Kofi Annan, Ela Bhatt, Gro Harlem Brundtland, Jimmy Carter, Li Zhaoxing, Mary Robinson et Muhammad Yunus.

the elders

L’impact de The Elders s’est étendu à l’Asie, au Moyen-Orient et à l’Afrique ; et leurs actions consistèrent notamment à promouvoir la paix et l’égalité des femmes ; à exiger la fin des atrocités et à soutenir des initiatives pour faire face aux crises humanitaires et promouvoir la démocratie.

logo the elders

En plus de plaider pour la paix et l’égalité à l’échelle nationale et mondiale, Mandela est resté engagé dans la lutte contre le sida dans les dernières années de sa vie. Son fils Makgatho en étant mort en 2005….

Relations avec Barack Obama

Mandela fit sa dernière apparition publique, lors du dernier match de la Coupe du monde en Afrique du Sud en 2010. Il resta à l’écart des projecteurs dans ses dernières années ; choisissant de passer une grande partie de son temps dans la communauté de Qunu, au sud de Johannesburg ; où il a passé son enfance.

dernière apparition médiatique de Nelson Mandela

Il a, cependant, rendu visite à la première dame des États-Unis, Michelle Obama ; épouse du président Barack Obama, lors de son voyage en Afrique du Sud en 2011. Barack Obama, alors qu’il n’était alors qu’un jeune sénateur de l’Illinois , a également rencontré Mandela lors de son voyage aux États-Unis en 2005.

Michelle Obama et Nelson Mandela

Le Décès de Nelson MAndela

Nelson Mandela est décédé le 5 décembre 2013, à l’âge de 95 ans, chez lui à Johannesburg, en Afrique du Sud. Après avoir souffert d’une infection pulmonaire en janvier 2011; Mandela fut brièvement hospitalisé à Johannesburg pour subir une opération pour une maladie de l’estomac au début de 2012.

Il fut libéré au bout de quelques jours, puis est retourné à Qunu. Il sera hospitalisé à plusieurs reprises au cours des années suivantes ; en décembre 2012, mars 2013 et juin 2013 ; pour des tests supplémentaires et un traitement médical lié à son infection pulmonaire récurrente.

Infection pulmonaire de Mandela

Jacob Zuma, le président sud-africain de l’époque, publia une déclaration en réponse à l’inquiétude du public concernant les soins de santé de Mandela en mars 2013; demandant un soutien sous forme de prière : « Nous appelons le peuple d’Afrique du Sud et le monde entier à prier pour notre bien-aimé Madiba et sa famille et à les garder dans leurs pensées« , a déclaré M. Zuma.

Le jour de la mort de Mandela, Zuma a publié une déclaration concernant l’héritage de Mandela : « Où que nous soyons dans le pays, où que nous soyons dans le monde, réaffirmons sa vision d’une société … dans laquelle personne n’est exploité, opprimé ou dépossédé par un autre », a-t-il déclaré.

Cinéma et livres

En 1994, Mandela publia son autobiographie, Long Walk to Freedom, qu’il avait en grande partie écrite en secret pendant son séjour en prison. Ce livre inspira le film Mandela de 2013 : Longue marche vers la liberté.

Long Walk to Freedom : autobiographie de Nelson Mandela

Il a également publié plusieurs livres sur sa vie et ses combats ; dont No Easy Walk to Freedom, Nelson Mandela : The Struggle Is My Life et Nelson Mandela’s Favorite African Folktales.

Pour finir…

Nelson Mandela est pour sûr l’un des plus grands hommes de notre Histoire. Pour avoir combattu sans relâche les opprimés et mené d’innombrables combats contre les inégalités. C’est de ces hommes-là que nous devons nous inspirer, pour leur courage à toute épreuve ; leur vision et leurs bonnes valeurs qui forgèrent un monde plus libre, qu’il ne l’était auparavant…

L'un des plus grands hommes du monde et de l'histoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page